Née en 1972 à Paris, j’ai grandi en région parisienne où une grande partie de ma famille réside encore. Lorraine d’adoption depuis 20 ans, j’ai longtemps exercé le métier d’assistante sociale

.         

  À partir de l’année 2001, des études universitaires de Lettres modernes me passionnent.

 

Si l’enseignement classique en collège et lycée m’attire peu, il est important pour moi de partager avec les autres l’intérêt profond que j’ai pour la culture d’une part et la nature humaine d’autre part.

 

Voilà pourquoi depuis deux ans j’offre à ceux qui viennent m’entendre des conférences, cours et causeries sur des vies d’écrivains. Je propose ces activités dans des médiathèques, des MJC, chez des particuliers, à l’ONPA ou à l’UCP, etc.

 

Mes sources d’informations sont multiples : J’effectue des recherches dans d’épaisses biographies, différents ouvrages d’histoire et de littérature, sur internet, etc. ; je relis quelques-unes des œuvres des écrivains choisis ; je regarde des films et des pièces de théâtre en lien avec cet écrivain ; puis j’effectue un tri dans les informations pour sélectionner celles qui permettront au public de vivre un moment divertissant, instructif et enrichissant (et lui permettront aussi peut-être de laisser émerger l’envie de relire quelques classiques !).

 

Parce que mieux connaître un écrivain, le contexte historique, géographique, social et familial dans lequel il a vécu, c’est mieux le comprendre, certainement ; c’est aborder son œuvre avec un autre regard, sans doute ; c’est enrichir notre perception de la nature humaine ou de notre époque, pourquoi pas.  

 

« Le biographe doit faire revivre l’homme (ou la femme) tel que la nature ou les habitudes l’ont fait et formé, avec son entourage, ses méthodes de travail, faire apparaître son caractère plus que les signes de son génie pour établir ainsi une sorte d’intimité entre son héros et la postérité. »

Madeleine Lazard, avant-propos à Louise Labé (Fayard, 2005) 

 

« La recherche de la vérité qui nous a animés ne doit pas faire oublier que c’est en raison même de l’intérêt, de l’intérêt passionné que nous éprouvons pour son œuvre, que nous avons voulu mieux connaître l’auteur. »

Colette, avant-propos. Claude Pichois et Alain Brunet, éd. de Fallois, 1999.